«

»

Oct 31

Quelle politique pour les pôles de compétitivité ? : l’avis du CESE

flag-993627_960_720

 

Le Conseil économique, social et environnemental (CESE) a publié un avis sur la politique a privilégier pour les pôles de compétitivités, intitulé ‘ Quelle politique pour les pôles de compétitivités ? “.

Pour rappel, la création des pôles de compétitivité en 2004 avait pour objectif de regrouper et faire travailler en synergie sur un même territoire des entreprises (TPE/PME/grands groupes), des établissements d’enseignement supérieur et des organismes de recherche au profit de projets d’innovation, afin de dynamiser la compétitivité de notre industrie.

Douze ans après leur création, ce sont plus de 8 500 entreprises (dont une majorité de PME 87 %) ,1 150 établissements de recherche et de formation pour plus de 1 600 projets de recherche qui sont réunis.

Les pôles de compétitivité sont parvenus à créer des écosystèmes, à mettre en réseau les acteurs de l’innovation et à développer des relations partenariales entre le monde de l’entreprise et la recherche publique. Si des choses restent à améliorer (notamment dans la gouvernance), les PME y sont présentes en nombre. La CPME ne souhaitait donc pas, par conséquent, que les pôles soient oubliés.

Dans ce contexte inquiétant pour les pôles de compétitivités, Frédéric Grivot, Vice-Président en charge de la Section Industrie au sein de la CPME et membre du Groupe des Entreprises au sein du CESE avait été mandaté par le CESE pour réaliser un avis sur la politique a privilégier pour les pôles de compétitivités.

L’avis du CESE sur Quelle politique pour les pôles de compétitivité ?” a été finalement adopté le 25 octobre dernier par le CESE.

Le CESE a, tout en rappelant leurs rôles importants, formulé plusieurs recommandations pour aider les pôles à passer de “l’usine à projets” à “l’usine à produits” et services. Il préconise quelques changements de cap dont une labellisation plus stricte de ces pôles, une clarification de leur mode de financement (tout en demandant que la baisse des financements publics accordés aux projets labellisés des pôles cesse) et notamment une meilleure implication des PME dans leur gouvernance ainsi que l’amélioration de la sécurisation de la propriété intellectuelle.